L’attente n’existe plus.

Le sursis, la douce espérance d’hier est l’angoisse d’aujourd’hui. Dans le tintamarre des sonneries qui retentissent, la vibration des textos, entre deux alertes facebook et le nouveau message dans la boite courriel, y a le carillon de la porte d’entrée qu’on entend de moins en moins souvent sonner. Y a la cloche du marchand de crème glacée aussi, sur la Place Jacques-Cartier, en vacances, ou celle que ma grand-mère faisait tinter quand c’était l’heure de venir souper ….. ya longtemps que je ne l’ai pas entendue, celle-là!

Avant, le temps se perdait, tranquillos, bien relax, sans qu’on s’en formalise trop. Nowadays, les heures sont fractionnées, les minutes sont comptées. On est tous bousculés. T’as pas encore 30 ans?! T’as pas le temps d’perdre ton temps! Pris à rêvasser, à prendre une minute dans ta journée pour respirer? C’est psychologique, faut que tu compenses en envoyant 2-3 Emails avant d’aller te coucher.

On veut tellement tout en même temps qu’on bouscule même les sentiments. Absence makes the heart grow fonder, qui disent. Ceci étant, faudrait que je sache : t’es intéressé ou pas? J’voudrais pas perdre mes autres options sur le back burner

Un texto sans réponse, c’est comme une bombe à retardement. Encore une minute sans nouvelles, et tu vas exploser! Mais qui sont ces gens qui ne répondent pas instantanément?!

Pourtant, on a tous lu Alexandre Jardins! Le prolongement éternel de l’amour, connaissez?! Niet…. Aujourd’hui, y a pas mal plus de chances que tu fasses le tour du dit ‘’jardin’’ en un seul rendez-vous!

Je veux des pauses, des points de suspension, des moments de silence, parce qu’on en aura tellement plus à se dire ensuite. Le temps de réfléchir avant de dire tout haut et trop vite ce qu’on pense tout bas.

Le temps de s’écouter

D’attendre ceux qui marchent à une autre cadence.

Le temps de tomber en amour

Sans chercher à se relever tout de suite.

Question de timing. J’ai senti que nos cœurs se connaîtraient plus que le temps d’une chanson.

C.